Quelle surprise pour les conseillers municipaux, lors d’une commission finances, d’apprendre la construction d’une médiathèque aux Diablots !

C’est par le biais de la commission des finances préparatoire au budget 2009 que les conseillers municipaux apprennent la décision (prise sans la moindre concertation) de réalisation d’une médiathèque d’une surface de 1 182 m2, construite sur le terrain municipal des Diablots pour un coût estimé à 2 450 000 € H.T.

Un projet absent du débat d’orientations budgétaires du 20 novembre 2008.

Un Projet inconnu des commissions culture et urbanisme. Etonnant !

De mystérieuses commissions…

Il nous a été indiqué que la surface avait été déterminée par la majorité municipale selon des modalités non précisées.

Pour désigner un maître d’œuvre (architecte)  un appel à  candidatures  a  été   publié  au  journal  officiel du 5 décembre 2008, pour retenir 4 candidats. La « commission de sélection des candidatures » (dont on ignore le nombre et la qualité des membres) a retenu 4 candidats parmi les  80 candidatures reçues. La « commission de sélection des offres » (la même ou une autre que la précédente ?) a choisi le 19 janvier,  un maître d’œuvre parmi les 4 qui avaient été autorisés à présenter une offre ; choix finalisé par une décision du maire du 21 janvier 2009 et finalement porté à la connaissance des conseillers municipaux à l’occasion du conseil du 10 février.

C’est ainsi que nous avons connaissance des modalités du projet et du cahier des charges donné au maître d’œuvre. Ce cahier des charges comporte les éléments de programmation pour l’aménagement intérieur du bâtiment. Les documents annexés à la « décision du maire » ne font pas état des préconisations que l’on donne dans tout projet sérieux sur l’implantation et l’orientation du bâtiment, intégration dans le site, volume, sous-sol, étage(s), toiture…sur son mode d’isolation, de chauffage, sa consommation d’énergie, son coût de fonctionnement et sur la réversibilité éventuelle de son usage.

La prise en compte du développement durable serait-elle absente de cette programmation ?

En savoir plus sur le schéma de la médiathèque et sur les espaces de la médiathèque

Cette manière de faire de la part de la majorité municipale est parfaitement légale, mais totalement dénuée de toute démocratie participative. Habituellement un projet de cette envergure fait non seulement l’objet d’un travail dans les commissions municipales, mais aussi  de concertation avec les groupes de quartiers, les associations culturelles, les enseignants… On aurait pu imaginer que se tienne une commission culture élargie aux associations directement concernées et aux établissements d’enseignement afin d’intégrer leurs propositions à l’élaboration du programme.

Peut-être « l’adjoint au maire en charge de l’animation culturelle » sortira-t-il de son mutisme pour nous donner des informations ?

Pourquoi monter un projet aussi important en catimini et dans la précipitation ?

La date du 30 avril 2009 présentée comme butoir pour la réalisation d’un avant-projet sommaire (APS) nécessaire aux dossiers de demandes de subventions, laissait le temps pour un minimum de concertation avec les futurs utilisateurs.

Où est la démocratie participative ?

Cliquez ici pour consulter le cahier des clauses particulières

Cliquez  ici pour voir le règlement de la consultation