Nul ne sait ce qui va finalement se passer sur le site du bois d’Aguère compte tenu de l’imbroglio de 4 procédures administratives malheureusement non articulées les unes avec les autres.

1° La procédure d’extension du Périmètre Régional d’Intervention Foncière (PRIF) de l’espace naturel sensible régional

A l’occasion du PLU, la précédente municipalité a décidé de protéger définitivement, pour qu’ils ne soient pas constructibles, la majeure partie des terrains du bois d’Aguère, actuellement à l’état de friche naturelle. En conséquence au PLU, les 55.000 m² sont classés en : – constructibles (zone AU à urbaniser) 8000 m²  – réservés pour la « Route Auchan » (820 m de long x10 m de large) – zone N naturelle 40.000 m² à protéger définitivement, c’est-à-dire à faire acheter par la Région pour qu’elle les ajoute aux terrains environnants déjà protégés, à Taverny et au Plessis Bouchard.

Suite à la promulgation du PLU, le Département a demandé à la Région de mettre en œuvre la procédure de classement en ENS (Espace naturel sensible). Ce classement permettra le rachat des terrains à l’actuel propriétaire, l’AFTRP (Agence Foncière et Technique de la Région Parisienne, établissement public qui a acheté tous les terrains nécessaires pour la réalisation de l’autoroute). La Région a lancé la procédure qui est en cours… Depuis mars 2008, l’actuelle majorité n’a jamais fait examiner par le conseil municipal cette problématique. Pourtant, singulièrement, au début de l’été 2008, le maire de Saint-Leu-la-Forêt a adressé au Conseil général une lettre, demandant l’arrêt de la procédure en cours. Cette demande a plongé le Conseil général dans la perplexité. La procédure de classement prend donc encore plus de retard du fait de l’action personnelle du maire de Saint-Leu

Qu’est-ce qu’un espace naturel sensible ?

2° La procédure de demande de déclaration d’utilité publique (DUP) qui permet l’expropriation pour la réalisation de la route «Auchan»

Les documents d’urbanisme, (PLU) de Taverny et de Saint-Leu ont prévu la réservation des terrains nécessaires, moitié sur Taverny, moitié sur Saint-Leu, pour la réalisation de la « Route Auchan ».

Cette route relierait le fond du parking au boulevard du Temps des Cerises en traversant l’actuel petit bois.

Le Préfet a donc lancé la procédure d’enquête publique préalable à la DUP qui permet l’expropriation des terrains pour la construction de la route.

Le commissaire enquêteur a remis, le 17 juin 2008, un rapport favorable à la réalisation de la route sous 2 conditions.

La phase suivante : la « déclaration de projet » n’a pas été effectuée par le Préfet à ce jour

Consulter le rapport du commissaire enquêteur

3°La position de la ville de Taverny sur les préconisations du commissaire enquêteur

Le conseil municipal de  Taverny du 26 septembre 2008 a examiné le rapport du commissaire enquêteur et a pris une position favorable à la réalisation de la portion de la route qui serait sur son territoire en indiquant formellement son accord avec les conditions préconisées par le commissaire enquêteur.

4°Le lancement de la procédure de révision simplifiée du PLU de Saint-Leu-la-Forêt

La majorité municipale de Saint-Leu a lancé une procédure de révision simplifiee du PLU, avec l’objectif de s’opposer à la « route Auchan » et, ce qui est une nouveauté, de construire 45 logements sociaux, sans autre précision. Habituellement, cette procédure se réalise en 6 mois environ. Or, depuis le lancement de la procédure le 20 novembre 2008, aucune nouvelle étape n’a été franchie. Aucune commission municipale n’a été informée ni d’un projet de construction de logements, ni d’un projet d’aménagement du reste du site.

On ne sait donc pas si le projet de construction de logements sociaux est réel ou virtuel.

[important]Notre avis

L’imbroglio administratif s’amplifie faute d’une concertation réelle de la ville de Saint-Leu avec la ville de Taverny. La protection des espaces naturels fragiles et de la biodiversité n’est toujours pas réalisée. La réalisation de la « route Auchan » n’est pas formellement annulée. La majorité municipale n’a pas de projet sérieusement étudié, alors qu’elle a fait inscrire au budget les crédits pour acheter les terrains à l’AFTRP. Plutôt que de faire cette dépense il serait plus intelligent d’établir, dans la concertation un vrai projet et de faire acheter les terrains directement par la Région Ile de France pour ceux qui doivent être protégés et demeurer des espaces de nature, par les constructeurs si, malheureusement, la majorité municipale souhaite les rendre constructibles. La majorité municipale de Saint-Leu n’ayant pas de projet construit, quelles surprises va-t-on avoir ? On peut redouter que la protection de l’environnement ne soit pas prioritaire…

[/important]

Rendez-vous dans quelques mois pour un nouveau point !