A Saint-Leu, la 1° réunion publique sur l’échangeur a eu lieu le 1° juillet, avec une participation de plus de 350 personnes. Aucune information précise n’a été donnée, ni sur le tracé ni sur le calendrier de travaux

Le Maire a insisté sur le caractère supra communal du projet qu’il donnait l’impression de soutenir. Il a indiqué que des informations plus précises seraient données en septembre

Par ailleurs, la population a eu connaissance par le tract diffusé par le groupe socialiste de l’accord écrit que Sébastien Meurant a personnellement donné sur la variante 3, au Conseil Général par lettre du 7 mars 2009

Aucune information n’a été donnée depuis aux Saint-Loupiens ou aux conseillers municipaux.

Conseil municipal du 24 septembre 2009

L’échangeur a été inscrit à l’ordre du jour du conseil municipal du 24 septembre à l’initiative du groupe socialiste qui a proposé une motion s’opposant à la réalisation d’un échangeur sur le territoire de Saint-Leu-la-Forêt

Le Maire, Sébastien MEURANT, a créé la surprise en remettant en séance un autre projet de motion également hostile au projet d’échangeur sur le fond, et beaucoup moins diplomatique vis-à-vis du Conseil général sur la forme (Lire la motion du maire sur l’échangeur A115), ce qui n’est pas constructif

Le débat, confus, n’a pas conduit au vote d’une motion mais au principe d’une réunion de travail municipal, entre le groupe majoritaire et les 3 groupes d’opposition, pour établir une nouvelle motion d’opposition à l’échangeur qui pourrait être votée au prochain conseil municipal (prévu le 19 novembre)

La réunion de travail est prévue par le Maire le 14 octobre. Elle pourra donc prendre en compte les informations les plus récentes sur l’avancement du projet, dont nous pourrons tous prendre connaissance à la réunion publique du Plessis Bouchard le lundi 12 octobre prochain (lire l’annonce de la réunion et voir l’article du 05 octobre ci-dessous).

Position de « Choisir Saint-Leu-la-Forêt »

Il est vain de s’opposer par principe à l’emprise de l’échangeur sur le territoire de Saint-Leu-la-Forêt. Ce projet est aujourd’hui nécessaire pour que la nouvelle zone d’habitat et d’activité de Plessis Bouchard ne soit pas enclavée

En revanche, le  projet actuel n’est pas pertinent du point de vue de l’emprise au sol parce qu’il est trop contraint par l’utilisation du « pont fantôme » qui n’a pas été construit comme morceau d’échangeur mais comme ouvrage de franchissement de l’autoroute, pour la création de la « 5° avenue », projet abandonné.

Proposition de « Choisir Saint-Leu-la-Forêt »

Etudier de façon approfondie une variante éloignée des habitations : un echangeur circulaire en forme de rond point au-dessus (ou mieux, sous) l’autoroute analogue à celui qui dessert la ZAE du Chêne Bocquet à Taverny. L’emprise au sol des voies d’accès serait bien moindre, et le « pont fantôme » conserverait sa vocation implicite actuelle de « pont vert », créant une trame verte entre les espaces de nature de Plessis Bouchard (exploitations agricoles) de Taverny (Bois de Boissy) et de Saint-Leu-la Forêt (Espace naturel du bois d’Aguère, projet de ferme pédagogique). Voir la  différence d’emprise des deux types d’échangeurs (circulaire et barreau) sur les sorties de Taverny.

Voir des vues de la plaine

Cette proposition est à la pointe de l’actualité, elle correspond bien à une mesure phare du grenelle de l’environnement qui vient d’être votée par le Sénat. La réalisation de la « trame verte et bleue » : outil d’aménagement du territoire dont l’objectif est de reconnecter les espaces naturels (milieux terrestres et aquatiques) au moyen d’éléments paysagers appelés « corridors biologiques » qui doivent permettre aux espèces végétales et animales de se déplacer, de se nourrir, de se reproduire

Cette formule peut rallier tous les suffrages car elle permet un tracé plus éloigné des habitations, économe de terrain, moins complexe donc moins polluant, objectifs à poursuivre pour un véritable développement durable du territoire.