Vendredi 19 juin les habitants de la rue Gambetta, qui longe la voie ferrée entre la gare et le passage à niveau, ont reçu un tract d’information de 10 lignes signé du maire :

« Je vous informe que j’ai décidé de modifier le stationnement rue Gambetta en vue de l’optimiser. »…

.Arrêté

Cette mesure annoncée brutalement sans la moindre concertation, inquiète et mécontente les personnes concernées.

Il s’agit de transférer du côté de la voie ferrée le stationnement qui, jusqu’à présent, était du côté des habitations. Ce changement occasionne des difficultés pour entrer et sortir les véhicules avec des voitures stationnées en face. Les piétons auparavant protégés par les véhicules en stationnement éprouvent un fort sentiment d’insécurité dû à la vitesse des véhicules, et à la circulation fréquente des bus et des camions à ordures contraints par leur largeur à rouler au ras du trottoir du côté des habitations.

Les habitants, qui sont en majorité des personnes âgées ayant des difficultés à se déplacer et des familles avec de jeunes enfants, se mobilisent..

 

30 foyers sur les 33 consultés ont signé une pétition déposée en mairie lundi 23 juin ; une lettre alertant sur le danger est également adressée au maire, sans aucune réaction…

Une dizaine d’habitants sont venus au conseil municipal du mercredi 25 juin, espérant pouvoir poser des questions. Le maire leur a indiqué que le point ne pouvait pas être évoqué en conseil mais qu’il leur parlerait après.
.

Les riverains se mobilisentA l’issue du conseil, le maire a écouté les habitants et leur a indiqué que le danger qu’ils signalent n’existe pas.

Le jeudi 26 juin les travaux sont réalisés comme prévu : simple marquage au sol sans élément de sécurisation.

Lorsque les nouveaux emplacements sont peints, on s’aperçoit que le bus qui tourne de la rue Gambetta dans l’avenue des Tilleuls ne peut plus circuler. Des places sont neutralisées le lendemain.

Les habitants obtiennent un rendez-vous avec le maire-adjoint aux travaux, M. Barrier, pour le mercredi 2 juillet.

 

Le danger n'existe pas ?En résumé :

  • Une opération décidée par le maire tout seul,

  • aucune étude préalable prenant en compte la question de la sécurité des piétons,

  • aucune concertation avec les services de bus et de ramassage des ordures,

  • aucune concertation avec les riverains,

  • aucune présentation en commission travaux,

  • aucune prise en compte des demandes des habitants avant la réalisation des travaux,

  • aucune mémoire de ce projet déjà mis en place par la municipalité en 1991 puis retiré suite aux vives réactions des habitants.

Où sont donc, le bon sens et les promesses électorales de concertation avant la réalisation des projets ?

Affaire à suivre !