CantineLe Tribunal administratif a imposé au maire de Saint-Leu-la-Forêt la mise en place des nouveaux rythmes scolaires à la rentrée de 2014. Cette décision semblait inéluctable dans la mesure où un maire ne peut pas s’opposer à l’application de la loi. Même si la réforme des rythmes scolaires n’a pas été bien étudiée, présente des incohérences et peut être contestable sur certains points, il appartient aux maires d’en assurer la mise en place dans les conditions les plus appropriées pour les enfants et leurs parents.

A Saint-Leu-la-Forêt les horaires des écoles à la rentrée du 02 septembre sont donc ceux annoncés par l’Inspection académique :

Cette information communiquée une semaine avant la rentrée est source de difficultés pour les parents, en particulier lorsqu’ils découvrent que la cantine du mercredi n’est accessible qu’aux enfants qui fréquentent le centre de loisirs l’après-midi.
Quelle est la solution pour les parents qui peuvent garder leur enfant le mercredi après-midi mais qui ne peuvent pas le récupérer à 11h45 ? Ce cas est sans doute fréquent.
Pourquoi cette mauvaise volonté pour faciliter la vie des familles ? S’agirait-il d’une vengeance contre la mise en œuvre de cette réforme ?

L’entêtement du Maire contre cette réforme pose une autre question : celle du coût des procédures déjà engagées ou annoncées (recours au Tribunal administratif et au Conseil d’Etat) avec les frais d’avocat que cela engendre. Qui paie ? Les Saint-Loupiens. Il ne faudrait pas que les subventions versées à la commune pour la mise en œuvre des nouveaux rythmes scolaires  servent à payer les avocats au détriment des services qui devraient être fournis aux enfants et à leurs parents.