logo COP21Après Varsovie en 2013 et Lima en 2014, c’est Paris qui va accueillir les représentants des 195 pays de la prochaine conférence climat dite COP 21 (conference of the parties n° 21).

Depuis l’échec de la conférence de Copenhague (2009), les dernières rencontres ont été consacrées à la préparation de la réunion de 2015 où un accord global doit être trouvé pour l’après 2020. Ces conférences (Cancún, Durban, Doha, Varsovie et Lima) n’ont pas apporté d’avancées concrètes en matière de réduction des gaz à effet de serre.

Il faut rappeler que l’objectif principal est de limiter la hausse des températures à 2° d’ici 2100.

La conférence de Paris est ainsi présentée comme la conférence de la dernière chance pour trouver un accord qui permette d’atteindre cet objectif avant qu’il ne soit trop tard. Cet accord doit être contraignant et universel et doit contenir des engagements de tous les pays pour l’après 2020 afin de faire suite aux accords de Kyoto (signés en 1997 pour la période 2005-2012 et prolongés à Doha en 2012 pour la période 2013-2020).

François Hollande a d’ailleurs fait de cette conférence un objectif majeur de son quinquennat.

Des réunions préparatoires à cette conférence au sommet ont eu lieu depuis le début de l’année (Genève en février, Bonn en juin, août/septembre et octobre). La dernière réunion de Bonn avait pour objectif d’établir le texte qui sera discuté à Paris. De l’avis des spécialistes, ce texte est long et peu clair, montrant par là les difficultés d’établir un consensus entre les pays.

Les représentants de 70 pays se sont réunis à Paris du 08 au 10 novembre (réunion dite pré-COP) pour préparer les discussions de la conférence de décembre. La pré-COP a conclu ses travaux par un message positif.

Pour en savoir plus : http://www.cop21.gouv.fr/comprendre/cest-quoi-la-cop21/