DMV journal

Vous pouvez lire dans cette page les publications de Choisir Saint-Leu-la-Forêt dans la tribune du journal de Saint-Leu-la-Forêt « Dans ma ville ».

A noter que Choisir Saint-Leu-la-Forêt ne dispose que de 1200 caractères pour son article, ce qui oblige à une rédaction synthétique et ne permet pas d’exposer des faits en détail…

Septembre-octobre 2013

ENVERGURE !

Dans le journal municipal de juillet, on peut lire p 10 sous le titre :
Des travaux d’envergure « Mise aux normes du réseau d’assainissement»
Les travaux rue de la Forge, rue du gal de Gaulle ne sont pas conformes à la loi sur l’eau qui oblige de séparer les eaux de pluie des eaux usées. Ni au schéma d’assainissement intégré au PLU, dans lequel la ville s’est engagée sur la quasi-totalité de son territoire, à séparer les eaux usées des eaux pluviales. Le chemisage du vieil égout unitaire n’est pas une mise aux normes.
Par contre les riverains qui construisent ou vendent une maison doivent à leurs frais conduire les eaux dans 2 tuyaux séparés qui se déversent dans un seul !
Et comme avec le PPP la ville n’est plus propriétaire de sa voirie pendant 21 ans, cette situation va durer 22 ans. Ridicule non ?
« L’envergure » des travaux n’est donc pas dans la mise aux normes de l’assainissement mais seulement dans le poids du financement ! La ville n’a pas demandé au département la subvention qui était légitime pour la rue du gal de Gaulle, retour de la rue du gal Leclerc D 928.
Le vieil égout chemisé de la rue du gal de Gaulle supportera-t-il l’évacuation de toutes les eaux des nouveaux immeubles face au Rosaire et à l’angle de l’avenue de la Gare ?
En cas de problème qui paiera ?

Juillet-août 2013

DENSIFICATION ANARCHIQUE

Lorsque M. Meurant a révisé le PLU en 2011, sans la large concertation promise, les Saint-loupiens n’ont pas réalisé que les nouvelles règles ouvraient la porte aux promoteurs pour des immeubles de 15 mètres de haut un peu partout au milieu des maisons en meulière. Ce risque est maintenant révélé et la pression des promoteurs bien réelle.
La récente modification du PLU, le 27 juin 2013, ne change rien cette situation même si elle évite la démolition de quelques maisons nouvellement recensées comme remarquables.
Le PLU modifié permet toujours la construction d’immeubles qui vont asphyxier le centre-ville et détruire des espaces verts. Nous sommes à l’opposé des promesses de campagne de M. Meurant en 2008 qui déclarait « nécessaire de bloquer les projets d’urbanisme excessif qui menacent la qualité de vie des citoyens ». Seul un PLU radicalement différent permettrait de respecter le caractère « village » du centre-ville, de ne pas bétonner la plaine et de valoriser tous les espaces verts et la forêt.

Mai-juin 2013

SILENCE, ON RÉVISE LE PLU ! 

Ce 8 avril, j’apprends que l’enquête publique sur une révision du PLU se tiendra du 18 avril au 18 mai, pendant les vacances scolaires. Quel est l’objet de cette révision ? En conseil municipal du 11 décembre 2012, le maire et sa majorité ont voté le principe d’une révision du PLU pour :

– éclaircir et renforcer certaines règles

– renforcer la protection du patrimoine architectural et urbain saint-loupien.

Aucune autre information n’a été donnée, aux conseillers municipaux. Le sujet n’était pas à l’ordre du jour des commissions urbanisme des 22 janvier et 18 mars. Les dossiers importants n’étant d’ailleurs jamais traités sur le fond dans les commissions, ne serait-il pas plus courageux et plus clair de la part de la majorité municipale de supprimer ces réunions ? Aucune information sur cette révision n’a été faite dans les récentes réunions des comités de quartiers.

Une fois de plus, c’est la transparence de la gestion qui est mise en cause. Réviser le PLU en catimini, sans informer les élus, avec le minimum d’enquête publique réglementaire, c’est légal mais ça n’est pas démocratique !

S’il est encore temps, allez découvrir les mesures qui vous concernent.

Mars-Avril 2013

A VENDRE !

Lors du conseil municipal du 6 février 2013, la majorité municipale a voté la vente d’une parcelle de 9037 m2 chemin des Grandes Tannières, sans mise en concurrence préalable, en vue de la construction de logements dont les 3/4 en logements privés. Une fois de plus, cette vente est réalisée en dessous du prix des Domaines comme pour le terrain de la donation Macaigne chemin d’Apollon ou l’ancienne bibliothèque avenue de la Gare.

Certes, il faut construire des logements, certes, il faut valoriser le patrimoine mais faut-il pour autant en oublier les règles fondamentales d’une bonne et rigoureuse gestion ? Faut-il pour autant céder au premier acheteur qui se présente et ainsi liquider notre patrimoine à bas prix ?

Pourquoi le terrain sur lequel la médiathèque est construite n’a-t-il pas été vendu à Val-et-Forêt comme cela aurait dû être fait puisque la médiathèque n’appartient pas à la ville mais à Val-et-Forêt ? S’agit-il d’un oubli ? d’un don ? du fruit d’une négociation défavorable pour notre ville ?

Une bien curieuse manière de valoriser le patrimoine communal ! 

 

Janvier-Février 2013

Choisir Saint-Leu-la-Forêt vous présente ses meilleurs vœux pour 2013.

En cette période de vœux, nous souhaitons que cette nouvelle année nous apporte plus de transparence et de concertation de la part de la majorité municipale en place sur les projets engageant l’avenir de notre ville. Le budget 2013 n’est pas connu à ce jour, le PLU va subir ses premières modifications, qu’allons-nous vendre pour équilibrer le budget ? … autant de points qu’il va falloir suivre.

Nous vous souhaitons à tous une très bonne année 2013.

Novembre-décembre 2012

A Saint-Leu, la grogne c’est maintenant !
Pas moins de 3 pétitions en circulation.

  • Le «bétonnage» de St-Leu. Conséquence directe du nouveau PLU (densification par la promotion privée sans logements sociaux), ces constructions inquiètent. Pourquoi le maire n’a-t-il pas imposé dans toute la zone UA un quota de logements sociaux ? Le déficit va s’aggraver.
  • La chapelle Ste-Geneviève. Revenir sur le choix arbitraire de la démanteler pour aménager 2 logements sociaux dans la nef et réhabiliter le bâtiment dans son ensemble (chœur, nef, crypte réunis) pour un usage public.
  • La circulation rue du Général de Gaulle. Une information distribuée aux riverains leur laisse 10 jours pour faire une demande d’intervention, aucune autorisation de voirie ne sera accordée dans les 3 ans à venir. Ce blocage serait-il un effet pervers du contrat PPP ? Si la réfection des rues est un besoin réel, la concertation préalable est indispensable : sens de circulation, vitesse autorisée, création d’une piste cyclable, sécurité des piétons…

Les choix du maire en urbanisme, protection du patrimoine et circulation peuvent-ils se faire longtemps sans information et concertation !!!

Mars 2012

Deux nouvelles à propos du PLU!

La bonne nouvelle, c’est celle dont le Maire a oublié de parler le 8 janvier lorsqu’il s’est félicité de l’excellence de son PLU à l’occasion de ses vœux. Le 5 décembre 2011 la ville de Taverny a déposé un recours en annulation du PLU de Saint-Leu auprès du tribunal administratif. Il y a donc un risque de retour au PLU antérieur dans un délai qui peut aller jusqu’à 2 ans. La mauvaise nouvelle C’est la volonté du gouvernement de relever uniformément les droits à construire de 30 % sur tout le territoire (construction neuve et réhabilitation). Là où nous avions obtenu de diminuer la hauteur des bâtiments de 15 m à 12 m, elle remonte à 15,60 m ! Serons-nous une de ces communes intelligentes et raisonnables dont le conseil municipal, comme la loi lui en laisse la possibilité, décidera de ne pas appliquer cette densification systématique pour s’en tenir à son PLU en respectant ainsi la capacité de ses réseaux, de ses rues et de ses équipements ? Les promoteurs dont la première nouvelle avait ralenti l’ardeur ne se sentent plus de joie à l’annonce de la seconde… Le 7 février 2012 !

Janvier-février 2012

Parce qu’elle est parvenue aux services municipaux le 16 décembre, date limite de dépôt des textes pour être publiée dans le journal de la ville, la tribune de Choisir Saint-Leu-la-Forêt a purement et simplement été qualifiée de « non communiquée » (voir notre article)

Intercommunalité : Le Maire agit seul … et ne dit rien

Le 27 juin 2011, au sein du conseil de Val et Forêt, Saint-Leu vote seule contre la demande de rapprochement avec la CAVAM. Le 28 juin le maire fait délibérer le conseil municipal pour le regroupement de Val et Forêt avec le Parisis et 4 communes isolées : Franconville, Sannois, Taverny, Bessancourt ; c’est le projet du Préfet que Sébastien Meurant a été seul à soutenir, les 15 autres communes concernées y étant hostiles. A noter que 8 membres de sa majorité ne l’ont pas suivi. Le 10 novembre le Préfet réunit à nouveau la Commission de Coopération Intercommunale qui arrête un projet différent : Val et Forêt seule d’un côté, le Parisis et les 4 communes isolées d’un autre. Quelle a été la position du maire le 10 novembre ? Nul ne le sait : il est resté muet et s’est abstenu de voter. Cette solution ne semble pas le satisfaire. Comme il ne parle pas du sujet au conseil municipal, on ne sait rien ! Notre avenir en dépend pourtant. Les silences du Maire sont-ils comme le train qui peut toujours en cacher un autre ? L’expérience nous a prouvé que ses silences ne sont jamais gratuits. Nous préparerait-il un nouveau coup en catimini ?

Novembre 2011

En gérant conconfidentiellement les projets importants de la commune, le maire multiplie LES INCONNUES DE LA RENTRÉE … Le nouveau PLU voté le 29 septembre : moins protecteur de la nature que le précédent, il autorise des constructions plus nombreuses et plus hautes, rend constructibles les derniers grands espaces, ne réserve plus d’emplacement pour les équipements, ne protège pas vraiment les bâtiments remarquables. L’inconnue : A quoi ressemblera Saint-Leu dans 10 ans ? Le 29 septembre en 27°et dernier point du conseil municipal on vote, en vitesse et sans explication, le programme du contrat régional (3 millions d’€ HT) sans information des Saint-Loupiens. Les inconnues : Que va-t-on faire à la Châtaigneraie, au rez de chaussée de la Mairie ? Où sera le service de l’urbanisme ? Que va-t-on faire du square Wanda Landowska, rue Emile Aimond ? PPP : Une procédure complexe « usine à gaz » pour refaire en profondeur moins de 3 km de voirie (2970 m) sur les 55 Km que comporte la ville. L’inconnue : Combien devrons nous payer chaque année pendant 25 ans, pour les 4 rues refaites ? Intercommunalité : que des inconnues sur la future intercommunalité qui sera décidée le 31 décembre prochain par le Préfet.

Mai 2011

Un centre ville en sursis ?

Le nouveau Plan Local d’Urbanisme (PLU) va bientôt être mis à l’enquête publique. Instrument d’une forte densification, ce nouveau document d’urbanisme autorise, entre autres, des constructions de 15 m de hauteur (R + 4 étages) dans l’ensemble de toutes les rues du centre ville, sauf avenue de la Gare, quelle que soit la largeur de la rue concernée. On voit bien l’objectif d’une telle mesure : favoriser le renouvellement urbain… c’est à dire séduire les promoteurs ! On en voit bien aussi les conséquences : disparition de la lumière et du soleil dans ces nouveaux couloirs urbains (6 mètres de large à certains endroits) envahis de circulation et de gaz d’échappement. Nombre de saint-loupiens attachés au caractère « village » du centre ville ont essayé de faire comprendre aux élus et à M. Meurant en particulier, qu’ils comptaient bien sur une modication de la hauteur autorisée dans la zone du centre ville. Monsieur Meurant est-il « à l’écoute des habitants » comme il aime à l’écrire p. 7 dans le dernier journal municipal ? Réponse dans quelques semaines …

Mars 2011

Vote à l’aveugle des conseillers majoritaires ?

PLU : Arrêt du projet. Le document complet (500 p. sur un CD) n’a été remis au Maire par le prestataire que quelques jours avant le conseil du 27 janvier. Impossible d’en faire une étude approfondie ni de tester le règlement des diérentes zones sur des parcelles réelles. La raison commandait de prendre le temps d’examiner sérieusement le projet, sens de l’amendement proposé par les 3 groupes d’opposition : reporter le vote à un prochain conseil. Amendement rejeté, projet de PLU voté par les conseillers majoritaires, (1 abstention). Réfection des voiries : Engagement de principe sur le recours à un contrat de partenariat Le rapport d’évaluation préalable (68 p.). trué d’erreurs et d’incohérences présente une analyse des risques beaucoup trop grossière pour décider si la ville a avantage ou non à conclure un contrat de partenariat. Le prestataire s’est payé notre tête pour 30 000 € ! Peu importe, M. Meurant fait approuver le rapport les yeux fermés. Travail bâclé, argent public mal dépensé, rien n’ébranle la majorité municipale ! Inconscience ? Incompétence ? Mépris des Saint-loupiens ? Une bien coupable légèreté !

Janvier 2011

Pauvreté … et dépendance ! Voilà à quoi nous conduisent, discrètement, les 2 points marquants du budget 2011 de M. Meurant. 1-La vente importante de patrimoine : 4 biens pour 2 170 000€. Il est regrettable de brader le patrimoine communal, notamment le legs Macaigne, sans en affecter le produit à un nouvel investissement. Je demande qu’au moins ces ventes soient faites aux enchères publiques, avec le prix le plus élevé possible, ainsi déterminé en toute transparence. 2-La mise en place d’un partenariat public-privé (P.P.P.) pour les voiries. Un P.P.P. est un contrat permettant à une personne publique de faire appel à un opérateur privé pour : concevoir, construire, financer, maintenir, et exploiter un ouvrage ou un service. Il ne faut pas donner à une entreprise privée, pour 20 ou 30 ans la totale disposition des voiries, réseaux et trottoirs, avec la liberté, d’en déterminer l’usage payant. Non au P.P.P. qui rend la commune otage d’un gros acteur privé dont l’objectif légitime mais caché est de faire du bénéce. Cela rend la ville financièrement dépendante de cet acteur tout en donnant l’impression, du fait des règles comptables, qu’elle n’est pas endettée.

Mai 2010

Val et Forêt quinze mois après : déception ?

Quel intérêt pour Saint-Leu d’avoir intégré Val et Forêt ? Difficile à dire ! On attendait la réfection de voiries « d’intérêt communautaire » (22 % des rues de Saint-Leu), une extension du réseau Valbus : par exemple une liaison vers la gare d’Ermont-Eaubonne (bien utile en temps de grèves et de perturbations de notre fameuse ligne H). Mais depuis 15 mois, rien! Depuis le 1° janvier, la lecture publique est devenue une compétence de Val et Forêt, conséquence : un peu de financement pour la future médiathèque en limite sud de la commune et fermeture de l’actuelle bibliothèque en centre ville. C’est un mince bilan. Assister aux séances publiques du conseil communautaire pour en savoir plus sur la stratégie, l’action et la vie démocratique de Val et Forêt se révèle instructif : absence de dossier pour le public, présentation peu explicite des éléments budgétaires, absence de débats et brièveté des séances, notre maire parfois absent. Au total, expérience bien décevante. Quant à « la feuille de Val et Forêt », dans la dernière du mois d’avril, pas de chiffres, pas d’éléments sur le budget voté au dernier conseil, mais le retour en pages centrales de l’éternel plan du nouvel échangeur !

Mars 2010

Parler du logement social c’est bien, mais travailler pour sa qualité c’est mieux !

M. Meurant parle beaucoup du logement social. Rappelons qui a réellement fait quoi. Les 37 logements inaugurés en centre ville rue du général de Gaulle sont le fruit du travail important et de la programmation précise et contraignante réalisés par l’équipe précédente. Même chose pour les 62 logements de l’OPAC de l’Oise à Marie Curie (12 rénovés et 50 neufs) et pour les 3 logements des gens du voyage. Également lancées par l’équipe précédente, la réhabilitation de 17 logements rue de Boissy et 5 rue du gal de Gaulle, 2 opérations qui aujourd’hui pataugent. Que fait le bailleur propriétaire, quelle est la qualité du projet ? Personne ne s’en occupe, même pas le Maire ! 124 logements sociaux bien situés, 65 au sud, 59 au nord, ont donc été lancés par l’équipe précédente. A l’actif de M. Meurant : déjà 3 décisions – L’ajournement l’opération rue du Château, au prix d’un dédommagement trop coûteux. – 2 opérations excentrées (loin des commerces, gares et écoles) chemin d’Apollon (10 logements) et rue Edith Cawell / rue de Montlignon (10 logements). Souhaitons qu’ils soient attribués à des Saint-Loupiens…

Janvier 2010

Faire des voeux … pour qu’ils se réalisent vraiment en 2010.

Pour chacune et chacun d’entre nous des vœux d’emploi stable, de cohésion familiale, de réussite partagée de vos projets. Pour mieux vivre ensemble dans notre commune je fais 7 vœux
– Vœu pour que le développement du commerce local et des emplois dans Saint-Leu-la-Forêt soit une vraie priorité traduite en actions
– Vœu pour le travail collectif de tous les élus municipaux en amont des décisions
– Vœu pour que Val et Forêt s’active pour réhabiliter nos chaussées et trottoirs
– Vœu pour que le conseil général étudie sérieusement la possibilité de réaliser l’échangeur loin des Cancelles, là ou les nuisances seraient réduites 
– Vœu pour des bons conseillers régionaux, expérimentés et efficaces sur le terrain, par exemple Jean-Pierre Enjalbert …
– Vœu pour que le capital naturel et humain (social) soit remis à sa vraie place et que la valeur d’usage de la nature, qui contribue à notre bien être, soit enn reconnue
– Vœu pour que la vieille économie, dont la dette écologique et financière provoque l’effondrement, soit remplacée par l’économie verte.

Novembre 2009

VOTRE FEUILLETON PRÉFÉRÉ : L’ÉCHANGEUR !
DIFFICILE D’Y VOIR CLAIR DANS LES POSITIONS DU MAIRE.

  • 8 mars lettre du Maire au Conseil Général donnant l’accord de Saint-Leu
  • Réunion du 1° juillet : le Maire dit que le projet supra communal s’impose à lui
  • 15 septembre : en réunion au Conseil Général : le Maire confirme son accord
  • Conseil du 24 septembre 2009 Le Maire et le groupe socialiste proposent des motions contre l’échangeur. Le conseil municipal accepte ce principe.
  • 12 octobre en réunion publique au Plessis Bouchard, M. Goujon, Président de Val et Forêt confirme l’accord de M. Meurant
  • 14 octobre le maire réunit les groupes d’opposition pour rédiger la motion contre l’échangeur.

LA POSITION CLAIRE DE « CHOISIR SAINT-LEU-LA-FORET »
Le « juste milieu » entre « Tout » (l’échangeur dans son projet actuel) et « Rien » (aucune emprise sur le territoire de Saint-Leu) : Utiliser le « Pont fantôme » dans une trame verte (à usage des piétons et des cyclistes) et réaliser loin des Cancelles, un échangeur rond point beaucoup moins consommateur de surface. DOSSIER A SUIVRE !

Septembre 2009

Il s’est passé peu de choses pendant ces deux mois d’été à Saint-Leu et c’est bien normal. Dans les six mois qui viennent, les Saint-Loupiens attendent donc au delà des promesses électorales, des réponses précises aux questions qui les inquiètent. Les Saint-Loupiens veulent enn savoir où se situera dédéfinitivement l’opération de construction des 45 logements de l’OPAC de l’Oise. Aujourd’hui, le permis de construire toujours valable, affiché sur la Maison pour Tous continue à narguer les passants. Les riverains du futur échangeur quant à eux, veulent connaitre définitivement les préjudices qu’ils vont subir et les dédommagements et réparations dont ils bénéficieront. Tous attendent de la municipalité des réponses précises. «Choisir Saint-Leu-La-Forêt» A propos de la principale action menée pendant l’été : Une question. Pourquoi n’avoir refait que la chaussée de notre rue principale sans réaménager les trottoirs de manière à sécuriser et faciliter la circulation des piétons et des poussettes ? Pourquoi la rue de Paris (RD928) n’a-t-elle pas eu le doit d’être réaménagée aussi bien à Saint-Leu que lorsqu’elle traverse les communes voisines de Taverny ou Saint-Prix ?

Mai 2009

Cet article a du être remis le 8 avril, la veille du conseil municipal, ce qui empêche d’informer des positions prises à ce conseil. Déjà en octobre 2008, la suppression des procès verbaux écrits des conseils municipaux et en mars, la modification du règlement intérieur du conseil, afin de ne plus afficher les explications de votes des conseillers réduisaient l’information des citoyens. Même information réduite sur les choix que fait Sébastien Meurant et qui vont modifier Saint- Leu durablement 23 juin 2008 : accord pour l’échangeur (cf. conseil municipal d’Eaubonne) Eté 2008 : demande d’interruption du classement en Espace Naturel Sensible protégeant les 5 hectares du bois d’Aguère (proposé au vote du conseil municipal de mars 2009) Janvier 2009 : accord à l’Immobilière 3F pour la vente de 153 logements sociaux et en construire le double. Le maire est transparent dans un domaine : il ne dit rien et ne propose rien au conseil municipal pour la protection et le maintien du commerce et de l’emploi, notamment des jeunes, sur le territoire de Saint-Leu en cette période de crise.

Janvier 2009

Cher lecteur, Sache que ces lignes, comptant «1200 signes espaces compris» auxquels j’ai droit, ont été écrites le 9 décembre 2008, date limite pour livrer l’article à la municipalité. C’est-à-dire avant le conseil municipal du 18 décembre. Comment bien parler de l’actualité municipale dans ces conditions ? Nous savons que 40% des emprunts de la ville sont toxiques, mais nous les gardons en attendant sagement que la «banque toxique» fasse une nouvelle proposition plutôt que de la quitter pour emprunter à taux fixe (4,88% à la Caisse des dépôts sur 20 ans). Nous savons que le budget municipal 2009 sera modifié par l’entrée dans la communauté Val et Forêt, mais personne n’a d’information sur le coût et l’intérêt que cela présente. Là encore, on attend sans savoir. 2 pochettes surprise dans le budget ! Grâce aux 6 ans de travail de M. Meurant, des investissements 2009 utiles à tous : un terrain de foot synthétique, une piste d’athlétisme, 2 city stadium, une médiathèque de 1060 m2 aux Diablots, et des dépenses pour les logements sociaux, au bois d’Aguère, rue Edith Cavell, dans lesquels peu de Saint-loupiens seront logés. Mais où donc est la concertation promise ?

Novembre 2008

Difficile de tirer un bilan de l’activité municipale après 6 mois. Les délibérations fleurissent pour adopter les promesses de campagne. En mesure-t-on les conséquences ?
Abandon du projet de la rue du Château
Bonne nouvelle : mais pourquoi M. Meurant refuse-t-il de dire ce qu’il a promis à l’OPAC de l’Oise en échange ?
Le sport : 1 500 000 €
C’est la somme engagée pour rénover les terrains de sport aux Diablots et créer 2 City Stadium (Dourdains, parking de la MLC). Les groupes de quartier ont-ils été consultés ?
Le bois d’Aguère : 300 000 €
Pourquoi la mairie achète-t-elle ce terrain alors que la Région est sur le point de le faire pour protéger cet espace naturel ? Pourquoi faire payer les Saint-loupiens ?
Avenue des Diablots
La mairie cède à l’OPAC de l’Oise 3735 m2 pour construire 35 logements sociaux et un local, dont la ville devra payer l’aménagement en restaurant scolaire. A payer aussi, 2 terrains de sport pour compenser la réduction de la cour d’école Marie Curie. Coût ? Mystère !

En homme pressé, le maire s’active et décide, sans concertation avec les Saint-loupiens. Avec ces dépenses engagées, que restera-t-il pour les autres domaines ?